Retour des veillées de danse sur la Place Bourget

L’organisme Les Petits Pas Jacadiens (PPJ) est heureux d’annoncer le retour des veillées de danse au centre-ville de Joliette. La première veillée de danse traditionnelle se tiendra le jeudi 14 juillet dès 19 h, au cœur de la cité régionale, dans le cadre de la Grande vente-trottoir. Cette soirée festive est présentée par la Société de développement du centre-ville de Joliette, en partenariat avec la Ville de Joliette et les PPJ.

La veillée de danse intergénérationnelle sera animée par Mélissandre Tremblay-Bourassa au câll et Marc-André Arsenault à l’accordéon et aux pieds. La « câlleuse » a pour mission de rendre accessibles les « sets carrés » en expliquant les figures de danse aux participants. Aucune expérience n’est requise. « Le plaisir est garanti! », affirme Philippe Jetté, président des PPJ.

Information : info@lespetitspasjacadiens.com ou 450 839-7527.

Le Conseil québécois du patrimoine vivant dévoile la programmation des Veillées de danse de la Fête nationale

Le Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV) est heureux de dévoiler la programmation des 25 veillées de danse de la Fête nationale, réalisées en partenariat avec le gouvernement du Québec. Quoi de mieux que de découvrir ou redécouvrir cette tradition festive en cette période de célébrations? Parcourez le Québec en participant aux 25 veillées de danse traditionnelle, tout à fait gratuitement.

Du 17 au 22 juin, toute la population est invitée à swinguer sa compagnie lors d’événements extérieurs rassembleurs, sous la gouverne de musiciens trad et d’un. e câlleur.euse. Domino, tout l’monde a chaud!

La danse traditionnelle, c’est une occasion en or de bouger! Après tout ce que le Québec et le monde ont vécu depuis plus de deux ans, c’est le temps de nous rencontrer à nouveau, tous et toutes, jeunes et moins jeunes, d’ici et d’ailleurs, de célébrer qui nous sommes et de festoyer en grand! – Antoine Gauthier – directeur général du CQPV

C’est un rendez-vous pour les amoureux de la danse comme pour les néophytes à la recherche d’émotions fortes. Ces
soirées font partie de la culture du Québec et contribuent à perpétuer la tradition et à la transmettre aux prochaines
générations.

Qu’est-ce qu’une veillée de danse traditionnelle? Visionnez cette vidéo pour un aperçu.

Parmi les veillées à ne pas manquer :

  1. Dansons nos traditions (17 juin, Lejeune, Halte Lacustre du Grand Lac Squatec)
  2. Une veillée su’l parvis (17 juin, Lachine, Parvis de l’église des Saints-Anges)
  3. Veillée de danse TRAD à St-Odilon (18 juin, Site de l’OTJ)
  4. La veillée de danse du Lac Maskinongé (18 juin, Saint-Gabriel-de-Brandon, Bal Maski)
  5. Pique-nique sympathique et danse trad (18 juin, Lévis, Site du couvent de Jésus-Marie)
  6. La danse d’avant (18 juin, Stoneham-et-Tewkesbury, Site de la chapelle de Tewkesbury)
  7. Veillée au coin du rang (18 juin, Weedon, Terrain de l’aréna)
  8. Ça danse à Saint-Laurent (18 juin, Île-d’Orléans, Terrain des loisirs)
  9. Bal Trad Paysan (18 juin, St-Félix-d’Otis, Site de la micro-ferme)
  10. Tournée régionale trad: Veillée de danse (19 juin, Val-d’Or, Marché public de la Vallée-de-l’Or)
  11. Veillée dansante traditionnelle (19 juin, Lachine, Club Chasse et Pêche)
  12. Danse trad sur un plateau (19 juin, St-Alexis-de-Matapédia, Parvis de l’église de St-Alexis)
  13. La Grande Veillée sur les berges du Richelieu (19 juin, Otterburn Park, Site de la Pointe-Valaine)
  14. Danse Trad au Marché champêtre de Melbourne (19 juin, Melbourne)
  15. Une danse pique-nique à Douglastown (19 juin, Gaspé, Terrain du Centre communautaire Douglas)
  16. Danser sous le soleil de Québec (19 juin, Parc de la Cetière)
  17. Veillée d’la St-Jean – Solstice en Bellechasse (21 juin, Beaumont, Parc récréotouristique de Vincennes)
  18. La Veillée Tissés Serrés (21 juin, Laval, Parc Bernard-Landry)
  19. Soirée dansante en hommage à Philippe Gagnon (21 juin, Val-David, La Seine de l’Île)
  20. Les petites veillées trad de Saint-Ours – Édition St-Jean-Baptiste (22 juin, Parc Alphonse-Desjardins)
  21. Ça swingue à Petite-Vallée (22 juin, Théâtre de la Vieille Forge)
  22. La Veillée d’EspaceTrad (22 juin, Montréal, Parc Ahuntsic)
  23. La veillée de danse du Festitrad (22 juin, Préau de Saint-Jean-de-Matha)
  24. La danse trad au cœur du village (22 juin, Lévis, Rue Saint-Louis – entre Dorimène-Desjardins et Côte du Passage)
  25. Veillée Trad du Solstice (22 juin, Waterville, Parc Bellevue)

Tous les détails et la programmation complète se trouvent ici.

Du 17 au 24 juin 2022, les occasions seront nombreuses pour célébrer la fête nationale. Le gouvernement du Québec
vous invite à prendre part aux différentes activités culturelles qui seront proposées partout au Québec. Pour en savoir
plus quebec.ca/fetenationale

À propos du Conseil québécois du patrimoine vivant
Le Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV) constitue depuis 1993 l’organisme de regroupement national en
patrimoine immatériel, soutenu par le ministère de la Culture et des Communications. Il fédère de façon démocratique
plus d’une centaine de membres associatifs des quatre coins du Québec. Il réalise des actions de concertation,
représentation, recherche, regroupement, transmission et promotion, tant à l’échelle locale, nationale
qu’internationale. Le CQPV est reconnu par l’UNESCO comme ONG-conseil dans le cadre de la Convention pour la
sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Assemblée générale annuelle | Avis de convocation

Les membres du Conseil d’administration de votre organisme en danse traditionnelle vous convoque à une assemblée générale annuelle virtuelle. Venez découvrir les grands projets des PPJ !
  • Quand : 15 juin 2022 à 19 h 30.
  • : En ligne, par Zoom.
Veuillez confirmer votre présence, d’ici le 13 juin, pour recevoir le lien de la rencontre en écrivant à info@lespetitspasjacadiens.com.
Voici l’avis de convocation, incluant l’ordre du jour.
Merci et au plaisir de vous y retrouver !
Philippe Jetté
Président
Les Petits Pas Jacadiens

Les bienfaits de la danse traditionnelle sur le bien-être physiologique, psychologique et social

Par Mélanie Boucher, étudiante en psychologie et trésorière de l’organisme Les Petits Pas Jacadiens.

La pratique de la danse traditionnelle aurait des effets très positifs sur la santé physique et mentale, mais aussi sur l’engagement social. « La danse fait également appel à la cognition, au contrôle des mouvements du corps et aux sentiments d’inclusion et d’engagement social, des facteurs fondamentaux qui contribuent à une meilleure santé mentale et au bien-être », déclare la chercheuse en kinésiologie Heather Foulds.[1]

La danse est une activité qui permet la libération de plusieurs hormones appelées les « hormones du bonheur », entres autres la dopamine, la sérotonine, l’ocytocine.[2] La dopamine est un neurotransmetteur aussi appelé la « molécule du plaisir ». Cette molécule contribue à l’activation du système de récompense du cerveau et permet ainsi au danseur de ressentir du plaisir. L’activation du système de récompense du danseur lui apporte autant de plaisir que la consommation de drogues pour le toxicomane, à la différence que la consommation de danse est bénéfique et saine pour la santé.

La pratique de la danse permet aussi la sécrétion de la sérotonine.[3] Ce neuromodulateur contribue à la régulation des comportements, de l’humeur, de l’anxiété et même de l’apprentissage. Elle serait également impliquée dans la motivation et la prise de décision.

La mise en mouvement du danseur contribue aussi à la libération de l’ocytocine. Cette libération est encore plus grande lorsque nous giguons ou dansons en groupe. L’ocytocine, comme la dopamine et la sérotonine, a des effets non contestables sur la santé physique et psychologique, mais aussi sur le développement de nos relations avec les autres. L’ocytocine joue un rôle primordial dans le développement des liens qui se crée entre les individus. Cette hormone, en venant diminuer la quantité de cortisol dans notre système, et donc diminuer notre réponse de stress, contribue au développement du lien social qui nous unit à nos proches. On dit de l’ocytocine qu’elle est l’hormone de l’attachement.[4] Elle est un lien essentiel à la « bibitte » sociale que nous sommes.

Enfin, comme la danse est souvent associée à la musique, elle nous fait profiter des bienfaits de cette dernière, dont l’augmentation des défenses de notre système immunitaire. « La musicienne et neuroendocrinologue Daisy Fancourt, de l’University College de Londres, a par exemple montré que le fait d’écouter de la musique ou d’en jouer stimule le système immunitaire ». [5]

EN RÉSUMÉ

La danse, surtout celle pratiquée en groupe, est une activité physique qui permet la coopération et le rapprochement social, entre autres, par la libération de plusieurs hormones bénéfiques à notre santé physique, mentale et sociale.

  1. Dopamine : Responsable de la réponse de plaisir.
  2. Sérotonine : Responsable de la régulation des comportements et de l’humeur (anxiété et dépression) et de l’apprentissage. Favorise la motivation et la prise de décision.
  3. Ocytocine : Contribue à la détente du corps en diminuant le taux de cortisol responsable du stress et contribue au développement du lien social de l’individu avec ses proches.

RÉFÉRENCES

[1] Une étude sur les bienfaits de la danse métisse sur la santé : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1743563/danse-metisse-danseurs-autochtone-universite-etude-sante-autochtone?fbclid=IwAR2SxvoJbMIiOkaNX_wSnLUM8nuU_QsT48a9QroS4RwmxCIOj35hkUFg2u8.

[2] Le cerveau entre dans la danse : https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/cognition/le-cerveau-entre-dans-la-danse-19330.php.

[3] Cinq bienfaits de la danse sur la santé : https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=bienfaits-danse-sante.

[4] Le cerveau entre dans la danse : https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/cognition/le-cerveau-entre-dans-la-danse-19330.php.

[5] Idem.

Veillée de danse au Festitrad de la Ville de Saint-Gabriel animée par Les Petits Pas Jacadiens. Crédit : Guillaume Morin.

Une transformation nécessaire

L’organisme Les Petits Pas Jacadiens adapte son véhicule aux nouvelles réalités

Préambule

L’organisme Les Petits Pas Jacadiens (PPJ) naît en 1975 à Saint-Jacques, communauté fondée par des Acadiens de la déportation. L’organisme évolue dans un contexte de loisir en dirigeant une école de danse traditionnelle offrant des cours, aux personnes âgées de cinq à vingt-cinq ans, et des spectacles de « danse traditionnelle ». Des chorégraphies d’inspiration traditionnelle sont enseignées et présentées publiquement au Québec et aux quatre coins du globe. Les points culminants sont bien sûr le spectacle annuel de l’école de danse et les tournées.

Depuis les années 2000, les dirigeants de l’organisme observent une chute drastique des inscriptions à l’école et à la troupe de danse. Les PPJ doivent désormais adapter leur véhicule aux nouvelles réalités et trouver des nouveaux moyens pour atteindre leurs objectifs. Les PPJ n’est pas le seul organisme à vivre une telle situation. Une réflexion nationale est nécessaire, car cette situation concerne tous les groupes ou ensembles folkloriques québécois.

Genèse

En 2010, après 35 ans d’existence, Les Petits Pas Jacadiens ressentent un besoin de restructuration. À l’automne de cette même année, les PPJ rassemblent les instances locales et régionales, pour discuter de l’avenir de l’organisme. Suite à cette rencontre, les PPJ déposent un projet visant à produire un plan d’action concerté avec les organismes du milieu. Doutant de la capacité des PPJ à porter une telle transformation, les bailleurs de fonds accordent une subvention uniquement pour établir un diagnostic de positionnement.

L’année 2012 marque le dépôt de l’analyse de positionnement de l’organisme.

Constats préoccupants [2012]

Nous vous partageons ici les quatre constats majeurs de l’analyse de positionnement de l’organisme.

  1. L’intervention des PPJ est en rupture avec la transmission de la danse traditionnelle. Il est à noter que pendant ces 37 ans d’activités « jacadiennes », il y avait une pratique traditionnelle de danse continue dans des familles et des salles publiques de la région de Lanaudière, et qu’il n’y a eu aucun vase communicant entre Les PPJ et la communauté de danseurs. La relation à la communauté est donc à construire.

 

  1. Le spectacle a un impact négatif sur la transmission et que la chorégraphie scénique fige la tradition. En d’autres termes, le spectacle folklorique contribue fortement à intensifier le processus de fixation et accélère la disparition de la danse traditionnelle vivante.

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO (2003) et la Loi sur le patrimoine culturel du Québec (2011) parle plutôt de transmission de génération en génération et que les pratiques traditionnelles soient recréées en permanence par les communautés. L’UNESCO insiste sur le fait de « sauvegarder sans figer ».

  1. Le port d’un costume d’époque est « étranger au quotidien, à la fois carcan et élément différenciateur des autres et obstacle à l’insertion de la danse dans la vie de tout le monde ».

 

  1. Sur plusieurs centaines de personnes, voir plus d’un millier, ayant dansé au sein de l’organisation, très peu dansent encore.

Après avoir pris connaissance de cet état de la situation, les membres de l’organisme avait le choix d’être en continuité ou en rupture avec les valeurs du patrimoine (rassemblement, socialisation, expression, plaisir, transe, identité, partage, inclusion, accomplissement personnel et collectif, entre autres), soit de danser ensemble en communauté. Les membres de l’organisme ont opté pour la continuité !

En 2013, l’organisme libelle sa mission de la manière suivante : « Valoriser, transmettre, promouvoir et diffuser la danse traditionnelle québécoise et acadienne ».

Un projet porteur pour un repositionnement déterminant

Afin de s’enraciner dans son milieu et de permettre la continuité d’une pratique culturelle traditionnelle, dans l’esprit des objectifs de la Loi sur le patrimoine culturel du Québec, l’organisme propose, en 2013, un projet voulu comme étant « collectif » et « rassembleur ». Le projet « Transmission de la danse traditionnelle en Nouvelle-Acadie » visait à transmettre les danses du terroir, à impliquer la communauté dans cette transmission, à valoriser les porteurs de traditions et la pratique de la danse traditionnelle, à renforcer la cohésion sociale et l’identité collective, à dynamiser le milieu de vie et à mobiliser la communauté autour d’une action collective. Le projet offrait également la possibilité de dépasser les frontières municipales et de permettre des échanges entre communautés voisines.

Les PPJ ont organisé, en seulement un an et demi, 50 activités de danse traditionnelle dans Lanaudière, en plus de développer de nombreux partenariats. Ce dynamisme a permis de revitaliser et de documenter treize danses différentes.

Un concours mobilisateur

À l’automne 2014, les PPJ ont lancé le concours « Câll » la veillée chez vous ! Les familles des six communautés couraient alors la chance de gagner un musicien et un câlleur dans leur veillée du jour de l’An. Ce sont douze familles qui ont eu la chance de vivre cette expérience culturelle sur deux ans. L’impact du concours en a étonné plus d’un. Le défi était de mobiliser et de pénétrer les réseaux privés, les familles et les groupes d’amis.

Ateliers de câll

Afin de développer l’autonomie du plaisir collectif, Les PPJ organisent des ateliers de câll suivi de veillées de danse où les apprenants câlleurs deviennent des câlleurs-dansant dans leur propre set pendant la soirée.

Les veillées de danse au centre-ville de Joliette

En 2015, Les PPJ s’associent à la Ville de Joliette, la Société de développement du centre-ville de Joliette et Mémoire et Racines pour présenter des veillées de danse estivales extérieur au cœur du centre-ville de Joliette. Ce projet se poursuit malgré une interruption dû à la pandémie. Il permet de démystifier la danse traditionnelle, de la rendre accessible et visible dans la sphère publique ainsi que de permettre à de nombreuses personnes de s’initier à cette pratique ou à leur raviver la mémoire et les souvenirs.

Une vision et des objectifs audacieux

En 2019, l’assemblée générale annuelle adopte officiellement des objectifs et une vision donnant une orientation prometteuse à l’avenir de l’organisme et de la danse traditionnelle.

Objectifs

  • Développer la pratique de la danse traditionnelle sur le territoire lanaudois.
  • Dynamiser le milieu de vie.
  • Favoriser la prise en charge individuelle et collective.
  • Développer le plaisir de danser ensemble, en communauté ou en famille.
  • Favoriser la connaissance de la pratique.
  • Documenter la pratique de la danse traditionnelle et rendre la documentation accessible.
  • Impliquer les citoyens, les milieux institutionnels et associatifs et les porteurs de traditions dans l’action collective et l’activation des connaissances en danse traditionnelle.

Vision

  • Les danses traditionnelles du terroir se transmettront sans rupture de contact (de personne à personne).
  • La communauté, les familles et les groupes d’amis seront autonomes dans la pratique et la transmission de la danse traditionnelle.
  • La danse traditionnelle aura retrouvé des fonctions dans les fêtes populaires et les rassemblements de la communauté.
  • Les porteurs de traditions et la pratique de la danse seront mis à l’honneur.
  • La danse traditionnelle permettra des échanges culturels entre communautés.

Par nos projets rassembleurs, nous visons une collectivité dynamique, riche, attractive, unie, fière et engagée avec une appartenance et une identité fortes.

Notre vision de développement engendre les retombées suivantes.

  • Affirmer et renforcer la cohésion sociale, le sentiment de fierté et d’appartenance.
  • Permettre la continuité de la pratique de la danse traditionnelle.
  • Développer l’autonomie du plaisir collectif.
  • Concerter et mobiliser le milieu pour réaliser des actions collectives.
  • Développer les liens intergénérationnels.
  • Retrouver l’esprit de la fête communautaire.

Documentation de la gigue

À l’automne 2021, Les PPJ lancent un appel aux familles lanaudoises pour découvrir, valoriser et transmettre le répertoire de pas de gigue pratiqué dans les chaumières lanaudoises. Les PPJ sont à la recherche de photos et de vidéos de gigue. À ce jour, aucun recensement de pas de gigue n’a été effectué dans Lanaudière. Nous ne connaissons donc pas le répertoire pratiqué transmis par tradition orale dans les familles lanaudoises. Nous demandons donc la contribution des citoyens dans cette démarche novatrice de documentation de pas de gigue.

Conclusion

L’organisme Les Petits Pas Jacadiens a su adapter son véhicule et ses moyens à la lumière des derniers éclairages au niveau du patrimoine vivant et du développement culturel afin d’accomplir sa mission visant à permettre la continuité de la danse traditionnelle.

En cette ère de pandémie mondiale, l’organisme consacre ses efforts à la refonte de son logo et à un projet mystérieux qui sera dévoilé dans les prochains mois.

RÉFÉRENCES